Loisirs
 

Accidents au pont de Perkiets

Tout qui emprunte la rue de l’Invasion pour se rendre à Goé ou Jalhay passe inévitablement sur le pont surplombant la Vesdre à Perkiets. Ce pont en a remplacé un autre qui, lorsqu’il était utilisé, a été le témoin de plusieurs accidents.

En témoignent les deux relations qui suivent. Interdit aujourd'hui à la circulation routière, ce pont existe encore en bordure de la forêt, juste derrière la friterie de Perkiets.

accident perkiets 1I.- Une information extraite du journal L’Avenir du Luxembourg fait mention d’un accident survenu en cet endroit début mai 1914. Sous le titre Une auto dans la Vesdre, l'article de presse nous apprend que : MM. Goubille, maître ouvrier à Goé, Vercknocke, restaurateur à Béthane, et la basse, Marcel Klinkenbergh, musicien très connu dans la région verviétoise, faisaient une excursion dans une auto conduite par M. Goubille, lorsque, près de la station de Membach, à la courbe qui précède le pont jeté sur la Vesdre, la voiture dérapa et renversa le garde-fou qui borde la route. La voiture tomba à l’eau d’une hauteur de six mètres, entraînant MM. Goubille et Klinkenbergh, tandis que M. Vercknocke avait pu sauter sur la chaussée. M. Klinkenbergh fut retiré de l’eau par des passants et en fut quitte pour un bain froid, mais M. Goubille a l’épaule droite luxée et de nombreuses contusions.

La photo jointe ne serait-elle pas à mettre en rapport avec ce fait divers ? Dans le cas contraire, un amateur de véhicules anciens pourrait-il dater ce document photographique en identifiant la marque de cette auto ?

II.- Une seconde information intitulée Une camionnette tombe dans la Vesdre àaccident perkiets 2 Membach paraissait, en février 1954, dans un journal local. Y était relaté un accident mortel survenu en ces mêmes lieux : La camionnette s'était engagée sur le pont lorsque le véhicule dérapa sur la neige glissante, défonça le parapet et tomba lourdement dans la Vesdre. Des débris de la camionnette abîmée par les grosses pierres se trouvant dans le lit de la rivière, on tenta de dégager le conducteur.

Hélas ! les secours ne furent plus d'aucune utilité pour lui. Près de 60 ans plus tard, cet accident tragique qui avait coûté la vie à un entrepreneur baelenois, Monsieur René Massenaux, père de neuf enfants, est encore bien ancré dans la mémoire de ses enfants et petits-enfants ainsi que de nombreux habitants de la commune.

A. Hauglustaine, C. Meessen
 

Actions sur le document