Loisirs
 

L'ancien bâti à Baelen au XVIIIème siècle

L'exposition organisée par le LAC, lors de la kermesse 2011, a permis au public de découvrir, entre autres, deux petits tableaux intéressant l'architecture baelenoise, peints par Alfred Hendrick.

Fils des époux Joseph Hendrick-Maria Doudlet, il naît à Limbourg le 13 mars 1883, il y décède le 5 décembre 1975. Négociant en vins et spiritueux, Alfred Hendrick manie le pinceau comme délassement. Heureuse initiative qui nous permet aujourd'hui de bénéficier de ses nombreux tableaux. Autant de témoignages sur les paysages et l'architecture de la ville de Limbourg aux environs des années 1925-1930.

Alfred Hendrick devait, également, bien connaître Baelen pour en réaliser ces tableaux, tous deux datés de 1930, et qui représentent deux portes d'entrée disparues aujourd'hui. Ces apports iconographiques apportent dès lors un éclairage partiel, sans doute, mais bien intéressant sur l'habitat baelenois aux siècles passés.
 

 

  • La porte d'entrée de la ferme de Veldgen

Cette ferme a été plus de 200 ans la seule construction érigée en bordure du chemin de la Hoevel, presque à mi-parcours de la route de campagne reliant le centre du village à la chapelle Sainte-Anne et Saint-Joachim de Runschen. Le lieu-dit s'appelant Veldgen, la ferme, démolie aujourd'hui, en avait pris le nom. Fidèlement peinte par Alfred Hendrick en 1930, la pierre millésimée 1734 qui surmontait l'entrée a été sauvée de la démolition et reposée lors de la construction de l'habitation actuelle.

veldgenEn 1949, cette ferme est décrite en ces termes : Petite ferme à Runschen. Il s'agit d'une modeste bâtisse en moellons de grès. La porte rectangulaire à piédroit en trois pierres de taille, dont deux en délit, est remarquable par son linteau au milieu duquel est sculpté un petit panneau rectangulaire où figurent les insignes d'un maçon - une truelle et un maillet -, ainsi que quatre chiffres aux angles formant le millésime 1734. Quelque peu au-dessus de ce linteau, une pierre creusée en niche est encastrée dans la muraille : elle abrite une statuette religieuse. La menuiserie de porte a un bordage figurant deux pilastres classiques jumelés.

 

Porte de l'ancienne ferme de Veldgen, 1930.


 

  • La porte d'entrée de la ferme Aux trois Bourdons

3bourdonsLa porte millésimée 1702 de la ferme dénommée Aux Trois Bourdons fait partie des portes cataloguées portes à clous, destinés jadis à les renforcer contre les agressions.

Ici aussi, Alfred Hendrick s'est arrêté devant la façade de cette bâtisse, en a peint la porte avec son encadrement et la niche qui la surmonte. En 1961, cette porte, piédroits et niche sont décrits de la sorte : L'influence du style Louis XIV se marque dans la niche qui surmonte une porte à bordage simple de tradition médiévale, garnie de clous géométriquement répartis. Quelques uns de ces clous forment le millésime 1702. L'entourage sculpté de la petite niche comprend une couronne soutenue par deux angelots, qui sont supportés par des feuilles d'acanthe disposées en ailerons ...

Porte de la ferme Aux Trois Bourdons, 1930.
 

A. Hauglustaine et Camille Meessen


Références bibliographiques

Albert Puters, L'architecture privée dans la région verviétoise - Deuxième partie : La Renaissance mosane, in Bulletin de la Société verviétoise d'Archéologie et d'Histoire, t. 36, 1949, p. 37.

Albert Puters, L'architecture privée dans la région verviétoise - Quatrième partie : Le style Louis XIV, in Bulletin de la Société verviétoise d'Archéologie et d'Histoire, t. 48, 1961, pp. 38-39.

 

 

 


 

Actions sur le document