Loisirs
 

Nereth - un hameau très ancien et très important pour notre commune

Jadis le nom du hameau de Nereth s'identifiait également sous d'anciennes dénominations : Nederode, Nederoot, mais aussi Ruynschenberg ou Rauschenberg.

Au IVe siècle, ce coin de terre était occupé par des gallo-romains qui pratiquaient l'élevage et l'agriculture sur un site qui comptait, déjà avant leur arrivée, de nombreux bas-fourneaux, indices majeurs d'une exploitation sidérurgique importante [1].

En 1469, le receveur des domaines du duché de Limbourg, Jan de Hertoghe d’Oosterhout, dresse le relevé des feux des localités sur lesquelles le duc de Bourgogne Charles le Téméraire prétend à la souveraineté suite au sac de Liège en 1469 et à l’annexion de la Principauté.

Pour l’actuelle commune de Baelen, la répartition des feux par hameau s’établissait comme suit : Mynbach 51, Baelen 21, Meyserynen 6, Roenschen 4, Heggen 22, Muyshem (Meuschemen)  3, Hockelbach sous Baelen 2, Neret 25, Overoth 17, soit au total 151 feux.

Par feu, les historiens désignent les habitations où vivent généralement 3 à 4 habitants par foyer. Dès lors, la commune actuelle aurait donc compté 450 à 600 habitants et Nereth 75 à 100 en 1469. Baelen compte 3163 habitants en 1988 et 4.359 habitants au 31 août 2015 !

Au XIVe siècle, Nereth et sa seigneurie foncière étaient en possession d’Arnold de Nederode (Nereth). On y découvre encore aujourd’hui le château ferme où se tenaient les réunions des échevins de la Cour de Justice locale. La porte d’entrée du logis est surmontée d’un linteau millésimé 1722, ainsi que des initiales J R (Jan Roderburg).

Parmi les nombreuses familles devenues successivement propriétaires du bien, citons notamment les de Reymersbeke, d’Eynatten, de Gulpen, Hannot, de Reul, de Looz, Lindenlauf et ensuite la famille Hoen depuis 1835 jusqu’aujourd’hui.

Il est amusant de noter aussi qu'en 1786, 16 chefs de familles propriétaires à Nereth déposent un acte devant le notaire Cormans de Baelen afin de constater qu’il conviendrait d’ériger une église catholique dans le hameau. L'église de Baelen se trouvant à 1/2 h de marche et à une heure de Gemereth. Ils s’engagent à intervenir dans les frais de construction. Une semaine plus tard les habitants d’Overoth font de même. On comprend aisément que les deux projets ne se soient pas réalisés !

Voilà quelques informations intéressantes pour un joli coin de notre commune.

                                                                   André Hauglustaine, Camille Meessen

[1]  A ce sujet, nous renvoyons bien volontiers le lecteur au compte-rendu, bien complet, de l'exposition Des «Barbares» dans l'empire romain, rédigé par Anne-Christine Roemers, paru en p. 10 à 12 des Infos communales, n° 389, de juillet-août 2015.

nereth carte postale  nereth pompe  nereth ferme chateau

Bibliographie :

  • Guy Poswick, La maison seigneuriale de Nereth, dans Les délices du duché de Limbourg, 1951, p. 45-50. Publications des Archives Verviétoises, t. IV.
  • Mémoire de Baelen-Membach, t. II 1995, A. Hauglustaine, M.Klinkenberg, C.Meessen.
  • Firmin Pauquet, Les revenus du duc de Limbourg dans le ban de Baelen à la fin du XIVe siècle, dans Bailus 888-1988, p. 155-175. Edition L.A.C. 1988.

 

Légendes des 3 illustrations:

1.- Nereth. Carte postale non datée.

2.- L'ancienne pompe publique, disparue aujourd'hui

3.- Le château ferme de Nereth. (Illustration extraite d'un calendrier du LAC)

 

Actions sur le document