Loisirs
 

Dans l'ancien ban de Baelen, le château Laverne et sa tragédie

Jusqu’au 11 septembre 1944, à Villers-Bilstain s’élevait le château Laverne, construit au XIe siècle par le comte Jean-Claude de Laverne de Rodes, seigneur de Velchevreux en Franche-Comté mais aussi gouverneur du duché de Limbourg.

illustr. 1_château laverne.jpg

Château de Laverne disparu aujourd'hui. Dessin de Guy Poswick.

Jean-Claude de Laverne de Rodes meurt à Villers et est enterré dans l'église de Bilstain. Les deux tours hexagonales du château dataient, elles, précisément de 1679.

Suite à une vente en 1929, William Zurstrassen, directeur et propriétaire de la chocolaterie Jacques à Eupen, devint le propriétaire des lieux. Les Allemands avaient malheureusement confisqué cette grande entreprise bien connue de beaucoup de Baelenois et grande pourvoyeuse d’emplois de tous ordres. Le château a souvent servi de relais aux Belges traqués par l’ennemi. La nouvelle frontière traversait d'ailleurs le parc du château. Début septembre 44, une brigade allemande l’occupait, mais dès le 9 septembre les premiers Américains descendaient Bois-les-Dames.

Plusieurs chars allemands étaient massés dans le parc, sous les arbres. L’aviation alliée, avertie, commença à bombarder. D’énormes explosions ébranlaient les vieux murs du château. Le 11 septembre l’incendie du château faisait fuir la famille Zurstrassen ainsi que tous ceux qui avaient trouvé là un abri furtif.

C’était intenable, mais le château était toujours occupé par les SS. Monsieur Zurstrassen négocia énergiquement pour que la vingtaine de réfugiés (parmi lesquels se trouvaient Madame Larondelle, épouse du jardinier, et son bébé de quatre mois) puissent gagner avec lui et sa famille un autre abri. Ils furent accueillis à 500 m de là, chez Antoine Jaegers.

Lorsque les Américains vinrent les délivrer, les sept Allemands qui s’y cachaient également ne masquèrent pas leur joie, surtout pour éviter d’être fusillés … Pendant ce temps, le vieux château ainsi que la ferme brûlaient avec tous leurs biens et leurs souvenirs. Les ruines furent rasées en 1948, seuls deux jolis pavillons à toitures bulbeuses restaient encore intacts dans les années 60.

En venant du rond-point de Villers, en direction d’Andrimont par Champ de Wô, on peut encore découvrir, à droite de la route, une maison en moellons, encore désignée aujourd'hui comme «Le drapeau belge» (juste avant l’entrée du gîte «Le petit Laverne»)
André Hauglustaine - Camille Meessen

Sources
Bronckart J., Notes quotidiennes d’un journaliste en 40/45 - «Le Courrier de Verviers» (aimablement prêtées par Gérald et Maryvonne Ducamp)
Poswick Guy, Le château de Laverne à Bilstain, dans Les délices du Duché de Limbourg. Publication des Archives verviétoises, t. IV, 1951, pp. 57 à 62.
Wildemeersch Henri, Si Bilstain m'était conté, pp. 72 à 74 et 180 à 188.
Wuidart Gustave, Le château Laverne à Bilstain, dans Les Carnets du Passé, n° 8, 2010, pp. 3 à 9.

 

illustr. 2_chapelle du château laverne.jpg

Chapelle du château, disparue aujourd'hui
illustr.3_grilles laverne.jpg

Le dernier vestige : la grille du château aujourd’hui en 2015

 

 

 

Actions sur le document